Pont thermique et déperdition thermique : comment l’éviter ?

Responsable d’une déperdition thermique, l’enjeu du pont thermique s’est accentué depuis la réglementation thermique 2012 : détails, conséquences et solutions possibles.

On appelle « pont thermique » le point de rencontre entre deux matériaux ou parois dont le résultat est caractérisé par une déperdition thermique.

Depuis la réglementation thermique 2012 (ou RT 2012) des solutions de traitement des ponts thermiques doivent être trouvées pour parer à ce problème qui peut causer des dommages sur les matériaux.

Quels sont les différents ponts thermiques ?

Le pont thermique se décline en deux grandes catégories selon les techniques de construction adoptées :

  • le pont thermique linéaire est une perte de chaleur suivant la longueur d’une paroi ;
  • le pont thermique ponctuel vient quant à lui rompre l’uniformité thermique à un point précis.

A cela, s’ajoute parfois à la liste le pont thermique structurel lorsqu’il est question de relier entre eux des isolants de nature différente.

Conséquences des ponts thermiques

Synonyme de pertes d’énergie pour un bâtiment ou une habitation, la déperdition thermique induite par un pont thermique peut cependant être résolue. Pour cela, il faut effectuer des travaux d’isolation avec des techniques de construction adéquates garantes de l’étanchéité à l’air.

Une bonne isolation thermique doit véritablement s’effectuer sans déconsidérer l’importance du traitement des ponts thermiques sous peinte de créer un inconfort thermique : les pertes d’énergie ainsi que les problèmes d’humidité et de condensation peuvent sérieusement nuire à la structure du bâtiment.

Ne pas apprécier le traitement des ponts thermiques à sa juste valeur revient donc à vivre dans une maison non isolée.

Comment agir sur un pont thermique ?

Pour contourner une déperdition thermique, le principe est l’utilisation d’un rupteur thermique. Il s’agit en effet d’apposer un isolant entre une paroi intérieure et une paroi extérieure afin couper la circulation d’air.

Équipements électriques : les astuces pour réduire la déperdition thermique

Au niveau des équipements électriques, il est possible d’effectuer de simples travaux d’isolation qui s’avèrent malgré tout très efficaces pour pallier à la déperdition thermique.

Par exemple, lors de l’installation ou du remplacement d’un interrupteur, pensez à la pose d’une boîte d’encastrement étanche type Batibox.

Egalement, si vous constatez une déperdition thermique au niveau d’une gaine électrique, la boîte d’encastrement étanche est là aussi particulièrement utile et judicieuse.

Ainsi, bien prendre en compte l’isolation d’une maison ou d’un bâtiment permet non seulement d’éviter un véritable inconfort thermique mais aussi des pertes d’énergie conséquentes.