Mon année à Sciences Po

Les dissertations à Sciences Po : conseils

Les dissertations sont la forme la plus courante des devoirs que vous aurez à rendre, dans le cadre de la formation continue en tous cas. Sinon, on vous demandera de commenter un extrait de texte, de proposition de loi ou autre ou encore de créer un tableau synthétique ou encore des chronologies synthétiques.

Les dissertations sont censées être réalisées en 4h mais dans la pratique, surtout les premières fois, vous constaterez que vous mettez beaucoup, beaucoup plus longtemps. Plusieurs jours même, ce n’est pas rare. Pourquoi ? Parce qu’au fur et mesure que vous décortiquez le sujet, que vous faites quelques recherches, que vous lisez (indispensable), vous vous rendez compte que le sujet de dissertation comporte de nombreuses ramifications.

Après une période de panique face à l’ampleur de la tâche, l’ampleur de vos découvertes, il vous faudra cependant souvent opter pour la concision : oui, ce vaste sujet s’avère intéressant mais pour ne pas rendre des dissertations fleuves, il faut aller à l’essentiel. Cela vous permettra aussi de vous garder du temps pour… le reste de vos activités personnelles, familiales, professionnelles, etc.

Au début, par rapport à ma manière de fonctionner, j’avais besoin de lire plusieurs livres sur le sujet afin de bien le cerner, comprendre tous les tenants et aboutissants avant d’enfin donner ma version. Il s’agissait là aussi de combler des lacunes en culture générale.

Or, j’ai très vite compris que cette méthode ne pourrait pas fonctionner toute l’année car les leçons et les dissertations s’enchaînent à un tel rythme qu’il est impossible de tout faire.

Bref, le cours n’est clairement pas suffisant pour appréhender le sujet de dissertation proposé ou les autres formes de devoirs notés (à part parfois en histoire contemporaine quand il s’agit de résumer une documentation), il y aura donc toujours de la recherche à faire par le biais de lecture (livres, Internet, magazines…).

Côté méthodologie d’ailleurs, les professeurs vous en donnent souvent une qui servira pour l’année. Cela permet de savoir également quels sont les requis pour chaque professeur.

De mon point de vue, les dissertations à Sciences Po consistent souvent à comprendre, rechercher et réfléchir. Pour cela, il faut bien sûr éviter le piège du hors-sujet (dans lequel il est facile de tomber si l’on n’y prête pas attention), savoir retrouver la bonne partie du cours sur laquelle va s’appuyer le sujet et résumer la tonne d’informations glanées de-ci, de-là.

Pour moi, cette dernière tâche s’apparentait à essayer de faire rentrer un océan dans un aquarium. Prenez donc bien garde à faire le tri, à rester pertinent et à bien écrire (sans faute d’orthographe bien sûr sinon vous perdrez des points et agacerez sans doute le professeur). Une solide base de culture générale ne vous sera pas de trop, au contraire, elle vous permettra de gagner du temps.

Un regret partagé par plusieurs étudiants préparant le Certificat d’Etudes Politiques par la formation continue : dommage qu’en guise de commentaire sur votre devoir, ne figure qu’une phrase de commentaire sur l’ensemble. Ne vous attendez donc pas à avoir des remarques précises sur telle ou telle partie de votre copie : vous devrez vous contenter de cette remarque générale. Sinon, à vous de demander plus de précisions aux professeurs en lui écrivant…

Enfin, concernant l’outil du tchat présent sur la plate-forme de la formation, un petit conseil : certains professeurs se proposeront parfois de répondre en direct à vos questions sur les leçons mais aussi sur les dissertations à rendre. Prenez bien garde de ne pas toujours rendre votre devoir trop longtemps à l’avance car sinon vous ne bénéficierez pas de cette aide bien précieuse…

Egalement, j’ai trouvé bien dommage la remarque d’un professeur qui, se souvenant m’avoir vu participer à une session de tchat, m’avait « reproché » les erreurs de ma dissertation malgré ma présence à l’une de ces sessions. Une aide à double tranchant donc…

Sujets de dissertation à Sciences Po

A titre d’exemples, voici les sujets de dissertations donnés en 2010/2011 et auparavant :

Sujets de dissertations de droit

  • Dans quelle mesure la Ve République correspond-elle à un renforcement du pouvoir exécutif ?
  • Le déclin de la loi
  • La révision constitutionnelle de juillet 2008 contribue-t-elle à un rééquilibrage des pouvoirs au sein de la Vème République ?

Sujets de dissertations d’économie

  • Quelles seront les firmes multinationales de demain ?
  • La globalisation financière : facteur d’efficacité économique ou d’instabilité ?
  • Les pays en développement doivent-ils renforcer leur intégration à l’économie mondiale ?
  • Après avoir rappelé les raisons qui poussent les firmes à réaliser des investissements directs à l’étranger, vous vous demanderez si la présence des firmes étrangères est un facteur de développement pour les pays que les accueillent.
  • L’analyse des causes et des conséquences de la crise des subprimes permet-elle d’en tirer des leçons ?
  • Faut-il accélerer le processus de libéralisation des échanges commerciaux internationaux ?
  • A quelles conditions les pays en développement peuvent-ils tirer davantage profit du processus actuel de mondialisation ?

Sujets de dissertations d’histoire contemporaine

Pas de dissertation jusqu’en 2010/2011. Il s’agit surtout de questions sur un texte, de chronologie synthétique ou encore de résumé à faire sur une grande question documentée.

Sujets de dissertations de science politique

  • L’Etat moderne est un Etat en constante extension.
  • Le modèle de développement de l’Etat-nation est-il universel ?
  • Etat moderne, Etat modeste.
  • L’Etat et les nouvelles formes de régulation territoriale.

Sujets de dissertations de sociologie des organisations

  • Le fonctionnement d’une organisation est-il déterminé par l’environnement de celle-ci ?
  • L’analyse stratégique des organisations prend-elle en compte le point de vue des individus ?
  • Le fonctionnement d’une organisation peut-il être rationnel ?
  • Les entreprises sont-elles des organisations comme les autres ?
  • Toutes les organisations fonctionnent-elles de la même façon ?

Bibliographie conseillée pour Sciences Po

Voici la liste des livres recommandés par les professeurs lors de notre acceptation à la formation du Certificat de Sciences Politiques (formation continue), durant l’été :

Cours de droit

Droit constitutionnel et institutions politiques

  • Hamon Francis, Troper Michel, Droit constitutionnel, LGDJ
  • Pierre-Caps Stéphane, Droit constitutionnel, PUF, Collection Thémis
  • Carcassonne Guy, La Constitution, Le Seuil, Coll. Points essais, n° 319
  • Godechot Jacques, Les constitutions de la France depuis 1789, Garnier-Flammarion, n° 228

Institutions administratives

  • Chevallier Jacques, L’État de droit, Montchrestien, Collection Clefs
  • Chevallier Jacques, L’Etat post-moderne, LGDJ, Coll. Droit et société
  • Jan Pascal, Institutions administratives, Litec

Cours « Economie de la mondialisation »

  • Allegret J.P., Le Merrer P., Economie de la mondialisation, De Boeck
  • El Mouhoub M., Mondialisation et délocalisation des entreprises, Repères, La Découverte
  • Ghorra-Gobin C., Dictionnaire des mondialisations, Armand Colin
  • Michalet C. A., Qu’est-ce que la mondialisation ?, La Découverte
  • Mucchielli J.L., Mayer T., Économie internationale, Dalloz
  • Stiglitz J., La grande désillusion, Fayard

Cours de Science politique

Manuels généraux

  • Jacques Lagroye, Sociologie politique, Paris, Presses de Sciences Po/Dalloz
  • Philippe Braud, Sociologie politique, LGDJ
  • Yves Déloye, Sociologie historique du politique, Paris, La Découverte, collection Repères, partie II (« Genèse(s) de l’Etat moderne »)

Ouvrages spécifiques

  • Jean-Pierre Gaudin, Gouverner par contrat. L’action publique en question, Paris, Presses de Sciences Po
  • Jacques Chevallier, L’État postmoderne, Paris, LGDJ

Cours d’histoire contemporaine

  • Jean-Loup Amselle & Elikia. M’Bokolo, dir., Au cœur de l’ethnie, Ethnicité, tribalisme et Etat en Afrique, Paris, La Découverte
  • Benedict Anderson, L’imaginaire national. Réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme, Paris, La Découverte, collection Poche Essais
  • Elisabeth Badinter, L’un est l’autre. Des relations entre hommes et femmes, Paris, Odile Jacob
  • Pierre Bourdieu, La domination masculine, Paris, Seuil, collection Points
  • Françoise Héritier, Masculin/féminin. La pensée de la différence, Paris, Odile Jacob
  • Frédéric Lenoir, Les métamorphoses de Dieu. Des intégrismes aux nouvelles spiritualités, Paris, Hachette
  • Dominique Schnapper, La communauté des citoyens, Paris, Gallimard, collection NRF-Essais
  • Anne-Marie Thiesse, La création des identités nationales. Europe XVIIIe-XXe siècle, Paris, Seuil, collection Points
  • Michel Wieviorka, La différence, Paris, Balland, collection Voix et Regards
  • Michel Wieviorka, Le racisme, une introduction, Paris, La Découverte/Poche

Cours Sociologie des organisations

La liste ci-dessous comprend des références qui offrent un panorama des théories sur lesquelles le cours reviendra. Il vous est conseillé d’en sélectionner une – en librairie ou en bibliothèque – et de la lire d’ici la rentrée.

  • Bagla-Gökalp Lusin, Sociologie des organisations, Paris, La Découverte
  • Ballé Catherine, Sociologie des organisations, Paris, Presses universitaires de France
  • Bernoux Philippe, Sociologie des organisations, Paris, Le Seuil
  • Cabin Philippe (dir.), Les organisations. Etat des savoirs, Paris, Sciences humaines éditions
  • Foudriat Michel, Sociologie des organisations. La pratique du raisonnement, Paris, Pearson éducation
  • Friedberg Erhard, Organisation, in Raymond Boudon (dir.), Traité de sociologie, Paris, Presses universitaires de France
  • Lafaye Claudette, Sociologie des organisations, Paris, Armand Colin
  • March James et Simon Herbert, Organizations, Cambridge/Oxford, Blackwell
  • Sainsaulieu Renaud, Sociologie de l’organisation et de l’entreprise, Paris, Presses de Sciences po
  • Scieur Philippe, Sociologie des organisations, Paris, Armand Colin

Etudier à distance à Sciences Po

Etudier à distance pour le Certificat d’Etudes Politiques de Sciences Po Toulouse (et certainement aussi pour d’autres formations ou préparations à d’autres diplômes d’ailleurs) n’est pas chose aisée. Je le sais car je l’ai fait !

Vous bénéficierez d’aménagements différents et la préparation au diplôme vous demandera plus d’efforts. Voici les remarques de mon expérience pour appréhender cette formation continue à distance :

Plate-forme Internet

Le site de Sciences Po Toulouse dispose d’une plate-forme Internet sur laquelle où trouve :

  • les leçons (format PDF) mises en ligne chaque semaine afin de ne pas vous donner l’impression d’être surchargé d’avance (la formation ne propose pas les leçons sous forme papier…),
  • les forums d’échanges entre élèves et professeurs,
  • une messagerie directe permettant de poser une question ou d’envoyer un commentaire à un autre étudiant ou à un professeur,
  • un tchat qui servira à quelques échanges en direct avec les professeurs. Deux rendez-vous sont généralement proposés, à des créneaux différents pour permettre à un maximum d’étudiants de pouvoir y participer et poser des questions sur les leçons ou les devoirs et dissertations à rendre. Attention si vous avez un MAC, il vous faudra passer par le navigateur Firefox (ou autre ?) car Safari ne gère pas bien ce module.
  • Un « Espace général du CEP » pour échanger sur les formalités administratives du diplôme,
  • un calendrier rappelant les échéances des devoirs à rendre.

Si comme moi vous avez un peu de mal à lire de longs fichiers PDF sur un écran d’ordinateur, voici mon astuce : durant l’année je faisais imprimer les leçons, plusieurs à la fois, en utilisant les services d’un site comme lulu.com (site d’impression de vos fichiers en ligne et réception dans votre boîte aux lettres quelques jours plus tard).

Si vous vous organisez bien, vous verrez que ça ne vous reviendra pas si cher que ça et que surtout ça vous permettra : d’emmener vos leçons partout avec vous (métro, vacances…) et qu’il sera également plus facile de retrouver un passage précis en fin d’année lors de vos révisions.

Certains préfèreront utiliser l’imprimante du travail mais si vous ne pouvez le faire, à la longueur des fichiers à imprimer, vous risquez de payer cher en encre !

Les notes

Malheureusement, jusqu’à présent les professeurs n’offrent qu’une phrase ou deux de commentaire sur votre devoir. Il n’y a pas de remarque détaillée à chaque paragraphe qui mériterait des améliorations.

La notation est plutôt « stricte » mais à force (beaucoup ?) d’efforts on voit vers où il faut aller pour toucher du doigt la moyenne et la dépasser par la suite. Ne baissez surtout pas les bras !

Il est enfin dommage qu’il ne soit que rarement possible de se situer par le biais de moyennes du groupe. Or, quand on est seul devant son écran, cela peut être intéressant de savoir si on a échoué sur un devoir « comme les autres » ou bien si on est le seul à être passé à côté du sujet de dissertation. Une amélioration peut-être en prévision sur ce point là ?

Bibliothèque universitaire

En tant qu’élève de Sciences Po, même en formation continue et à distance, sachez que vous avez accès aux bibliothèques universitaires de manière libre et gratuite.

Sentiment de solitude

On peut parfois se sentir seul devant son écran, surtout lorsque l’on a du mal à comprendre les leçons ou à suivre le rythme qui devient effréné au fur et à mesure…

Le conseil que je vous donne est de ne pas hésiter à faire part de votre sentiment de solitude aux autres étudiants de la formation. Certains au moins ressentent la même chose que vous ! En effet, il n’est pas évident pour chacun de revenir dans un système scolarisé, même s’il est à distance. Cette nouvelle période demande des aménagements de tous ordres pour les autres étudiants aussi. Ainsi, plus vous partagerez et échangerez via le forum en particulier, plus vous vous rassurerez et permettrez aux autres de vous faire part de leur expérience.

Ne prenez pas trop à coeur une non-réponse (de la part des étudiants ou des professeurs d’ailleurs) même si c’est parfois un peu dur… Pris dans le « tourbillon de la vie », il peut se passer plusieurs jours avant de recevoir une réponse. Parfois au contraire, les réponses peuvent fuser dans l’après-midi. C’est un peu à vous de construire la solidarité qui va ou non se créer parmi vous. Elle est importante car vous sera d’une grande aide si elle est présente.

L’équipe pédagogique

L’équipe est là pour vous renseigner sur tout ce qui à attrait aux formalités administratives et organisationnelles du Certificat d’Etudes Politiques. Généralement réactive, il connaît, de plus, les difficultés que vous pouvez éprouver lorsque vous étudiez à distance. Vous trouverez aussi parfois auprès d’elle une oreille attentive qui pourra en plus vous « rebooster » en cas de doutes.

N’oubliez pas cependant que l’équipe ne travaille pas le week-end ni durant les vacances scolaires (on a tendance à l’oublier quand on se lance dans l’étude des leçons à notre rythme) donc si vous avez quelque chose à leur communiquer, tenez compte de cet aspect.

Les professeurs de Sciences Po

L’un des aspects intéressants de Sciences Po est la qualité des professeurs. Vraiment, on sent qu’ils sont experts dans leur domaine et qu’ils sont passionnés. Ils n’hésiteront pas à vous fournir des listes de ressources où vous référez si vous souhaitez en savoir plus sur un thème.

Gérer son temps

On aborde là un élément fondamental de la formation continue à distance !

Tout d’abord, pour vous aider à vous organiser, un calendrier est affiché sur la plate-forme de Sciences Po Toulouse. Sur ce calendrier figure les dates des devoirs à rendre. Un autre calendrier, généralement situé dans le forum « Espace général du CEP » vous précise les numéros des leçons qui seront mises en ligne tout au long de l’année, afin de savoir ce que vous étudierez les semaines à venir. Je trouve d’ailleurs qu’on s’y perd un peu : un calendrier avec une case à cocher quand on a terminé l’étude d’une leçon me paraîtrait plus pratique.

Les dissertations et autres formes de devoirs demandant beaucoup de temps de recherche et/ou de lecture, je vous encourage vivement à vous saisir du sujet dès que possible. Ceux qui se risque à tenter de tout faire à la dernière minute ne voient généralement pas leur week-end passer… A ce rythme-là, n’espérez pas tenir durant les 9 mois de la formation !

En même temps que la lecture de chaque leçon, je rédigeais une fiche récapitulative qui m’a été d’une GRANDE aide à la fin de l’année, lors des révisions. Je vous conseille vivement d’en faire autant. Soyez régulier sur cette tâche et vous serez heureux de l’avoir faite en juin/juillet. Pensez au fait que vous n’aurez que 10 jours pour réviser et que pendant ces jours les professeurs vous donneront des annales, des exemples de corrigés de dissertation à lire et vous aurez peut-être déjà un peu la tête à la préparation des vacances d’été… En outre, créer une fiche permet de reformuler la leçon avec ses propres mots et donc de mieux l’assimiler.

Vie étudiante, vie professionnelle, vie personnelle, vie familiale… Tout s’emmêle et pourtant, le temps n’est pas élastique. Il va donc falloir faire des choix et bien s’organiser pour tenir la route sans faire l’impasse sur un pan de votre vie.

N’oubliez pas qu’il y a une vie après le diplôme ! Vous avez certainement entrepris cette formation dans un but précis donc ne le perdez pas de vue, il devra être votre phare pour affonter les difficultés tout au long de l’année. Le jeu en vaut la chandelle, pensez-y fort et accrochez-vous.

Bilan de mon année à Sciences Po

Vous avez donc pu voir à travers ce témoignage à quel point le Certificat d’Etudes Politiques de Sciences Po Toulouse, effectué à distance en formation continue, était exigent et chronophage.

Cette épreuve terminée car c’en est bien une, j’avoue ressentir un grand soulagement que ce rythme d’enfer soit enfin derrière moi.

Ce fut une année de sacrifices en tous points : les amis qu’on voit beaucoup moins, qui vous invitent et font la fête pendant que vous planchez sur une dissertation d’économie, la famille, les vacances avec des livres à lire (pas des romans je précise), le travail un peu rogné, les week-ends et soirées à étudier, etc. Je pense qu’il est très important de ne pas commencer cette formation de Sciences Po sans avoir pris conscience des choix qu’il faudra certainement effectuer dans la gestion de son temps.

D’ailleurs, à la rentrée scolaire nous étions une trentaine d’étudiants (en formation continue à distance) et lors des examens nous n’étions plus que la moitié à peine… Cela vous donne une idée de la déperdition d’étudiants en cours d’année.

Du coup, pour cette rentrée de septembre je ne me suis pas ajoutée d’activités en plus de celles que j’ai d’ordinaire. Place à la Détente !

J’ai beaucoup appris pendant et suite à ces 9 mois de formation à Sciences Po :

  • je suis encore plus avide de lectures de toutes sortes, j’aimerais prendre le temps de lire plus. En fait, tout ce qu’on a eu à lire dans l’année m’a redonné l’envie de lire davantage et n’a heureusement pas affecté ma curiosité.
  • Sciences Po nous permet de mettre le doigt sur de nombreux sujets vastes et dont nous n’avions parfois pas même connaissance avant de les étudier, ce qui donne parfois envie d’en savoir plus sur ces thématiques quand elles nous intriguent. Pour moi, il s’agissait notamment de « la question kurde » et de la sociologie des organisations. J’ai trouvé ça très intéressant alors qu’avant je n’aurais pas pu vous en dire grand chose…
  • En outre, après ce diplôme certains sujets d’actualité vous « parlent » davantage car vous en avez étudié les concepts clefs en cours d’année. Ce fut le cas pour moi avec les leçons de droit ou d’histoire contemporaine. Je comprends mieux les enjeux, les origines du problème et aussi… les non-dits de la presse. Ainsi, vous êtes un peu plus à même de vous faire votre propre point de vue et de garder un oeil critique sur ce que publient les médias.
  • Enfin, depuis plusieurs années je cherchais une voie de reconversion et j’avais donc effectué plusieurs formations, dont la précédente était en lien avec Sciences Po (petite formation professionnelle à l’Institut des Relations Internationales et Stratégiques, l’IRIS, à Paris).

Mon bilan de cette année passée est que : OUI je suis intéressée par les thématiques étudiées à Sciences Po mais que je n’ai pas la même petite étincelle qui brille quand je les étudie que lorsque je travaille dans le domaine dans lequel je suis depuis déjà 10 ans (à différents niveaux bien sûr).

Ainsi, cette formation, outre toute la culture générale indéniable et appréciable qu’elle apporte, m’aura surtout permis de me… (re)trouver 🙂

Qu’est-ce que le Certificat d’Etudes Politiques (CEP) ?

Le Certificat d’Etudes Politiques (CEP) est une formation proposée par Sciences Po Toulouse et conférant 30 crédits (ECTS) lorsqu’elle est suivie en formation continue à distance et 60 ECTS pour la formation proposée spécifiquement pour les étudiants étrangers.

Ce site est un témoignage sur la formation continue à distance en particulier.

Le Certificat d’Etudes Politiques (CEP) de Sciences Po Toulouse, mention « Clés d’analyse du monde contemporain » englobe plusieurs disciplines :

  • droit : « L’État, structures politiques et administratives »,
  • science politique : « Les mutations de l’Etat »,
  • histoire contemporaine : « Nation, ethnie, religion, sexe : approche du sentiment d’appartenance »,
  • économie : « Economie de la mondialisation » et
  • sociologie : « Sociologie des organisations »

Ces cours vous donneront autant qu’ils vous demanderont…

Sciences Po : admission au Certificat d’Etudes Politiques

Comment se porter candidat pour la formation au Certificat d’Etudes Politiques offerte par Sciences Po Toulouse ?

Pour être admis au Certificat d’Etudes Politiques de Sciences Po Toulouse, il vous faut officiellement remplir les critères suivants que vous retrouverez dans la brochure de présentation du diplôme à savoir :

Un diplôme de niveau Bac+2, Bac+3 et/ou expérience professionnelle, une pratique expérimentée de la navigation sur Internet et de l’utilisation du traitement de texte et disposer d’un accès permanent à un ordinateur, une connexion Internet et une messagerie personnelle. Il est précisé que la sélection s’effectuera apès examen de votre dossier par une commission pédagogique.

Ainsi, pas de précision sur le niveau de culture générale demandé. En pratique, sans de bonnes notions dans les matières concernées (droit, histoire contemporaine, économie, science politique et sociologie des organisations), le chemin va être difficile voire très difficile selon vos connaissances de base.

En effet, tout dépend bien sûr de votre formation actuelle mais les élèves de ma promotion s’accordaient en tous cas sur ce point : la culture générale est essentielle et d’une grande aide à l’heure d’acquérir les cours car vous y gagnerez grandement en temps et en facilité d’apprentissage.

En tous cas, il faut avouer que l’avantage de proposer une admission aussi ouverte au Certificat d’Etudes Politiques de Sciences Po Toulouse permet à « tous », sinon à beaucoup, de toucher les portes de cet établissement tant convoité. Si vous êtes très très motivés et prêts à beaucoup de sacrifices durant 9 mois sans répit (les mots sont bien pesés), vous pouvez réussir.

Les exigences du Certificat d’Etudes Politiques

La formation continue à distance au diplôme du Certificat d’Etudes Politiques de Sciences Po Toulouse est très exigente. Exigente est bien le mot adéquat.

Organisation du temps et sacrifices

Vous trouvez que votre travail vous prend beaucoup de temps ? Imaginez alors si vous aviez des leçons à étudier le soir et/ou le week-end et des devoirs à rédiger. Vous avez là un aperçu de ce qui vous attend. Concilier une activité professionnelle avec cette préparation au diplôme est difficile. Ce n’est pas impossible bien sûr mais il est important de se rendre compte que vous allez devoir faire des sacrifices durant ces 9 mois.

En ce qui me concerne, c’est le sport et malheureusement le cercle amical qui en ont été affectés. Ce ne fut pas un choix vraiment clair dans ma tête, plutôt quelque chose qui s’est imposé car je ne pouvais pas laisser tomber le reste. J’ai la chance d’avoir pu organiser mon temps de travail (l’après-midi était consacré aux leçons) mais malgré tout ce n’était pas facile. Je vous rassure, chacun a un temps d’absorption différent et une manière d’étudier différente.

Notation

La notation est elle aussi exigente. Se référer à la partie « Etudier à distance » .

Vocabulaire

Il est parfois difficile d’appréhender le langage de spécialiste et les phrases lourdes qui figurent dans les leçons. Il vous faudra peut-être plus d’une lecture pour comprendre ce que le professeur a voulu dire…

Exemple à propos de la Constitution (droit, leçon 9) :

« C’est ainsi qu’elle rend possible la pérennisation de l’Etat, lieu de concrétisation de la dialectique entre l’Un et le multiple qui traverse tout Pouvoir ».

Autre exemple, sur la crise financière (économie de la mondialisation, leçon 6) :

Qu’est-ce qu’une crise financière ? Une crise est un équilibre anormal, parce que socialement inefficient, résultant de l’interaction non intentionnelle de comportements privés rationnels par défauts de coordination qui mettent en échec les ajustements de marché. Ces défauts proviennent d’informations incomplètes et asymétriques dans le crédit (l’emprunteur connaît mieux que le prêteur l’usage des fonds qui lui sont confiés). Ils découlent aussi de l’incertitutde des marchés d’actifs sous contrainte de liquidité. Cette attitude corrosive est elle-même sécrétée par les stratégies mutuelles de réponse à l’attitude des autres agents financiers et par l’inadéquation de l’expérience passée pour appréhender des situations nouvelles.

Culture générale

Si vous possédez une large et solide culture générale ainsi qu’une grande curiosité, cela vous sera d’une grande aide car vous allez en avoir besoin pour prendre en main toutes les thématiques proposées par les professeurs. Sinon, vous pouvez lire les livres de la bibliographie recommandée par les professeurs (voir plus haut).

Au final, je trouve qu’il s’agit d’une formation qui, même dans son adaptation à l’étude à distance pour des personnes en contexte professionnel, pourrait très bien être suivie à plein temps tellement elle demande de temps pour la lecture et les devoirs.

Moral au fil de l’année du Certificat d’Etudes Politiques

Septembre : tous les espoirs sont permis ! La rentrée officielle (et obligatoire sauf si vous résidez à l’étranger) a lieu à Toulouse et c’est l’occasion de rencontrer non seulement les professeurs mais aussi les autres étudiants. Petite réception et toasts pour permettre les liens.

Sessions de jeux de rôle et rapide présentation de chacun sont au rendez-vous. Profitez-en bien pour échanger un peu avec tout le monde car vous ne les reverrez qu’en juillet… pour ceux qui auront encore eu le courage de poursuivre la formation du Certificat d’Etudes Politiques.

En effet, le reste de l’année, vos échanges s’effectueront par Internet, via la plate-forme mise en place sur le site de Sciences Po Toulouse. Ainsi, la convivialité des échanges en ce jour de rentrée aidera à mettre en place un minimum d’esprit de solidarité dans le meilleur des cas… Sinon eh bien tant pis, ce n’est pas la fin du monde mais ça sera moins sympa dans les périodes de doutes ou de recherche d’aide pour comprendre les cours.

Décembre : c’est l’overdose ! Ce mois est un mois critique pour vous mais aussi pour les autres étudiants. En effet, après 3 mois de ce nouveau rythme où il aura fallu conjuguer vie personnelle, professionnelle et étudiante, la fatigue est là, le moral est parfois bas et il faut ajouter à cela les fêtes de fin d’année ! Comment tout concilier ? Faire les dissertations demandées, les cours à appréhender et passer les vacances avec la famille en même temps ? Vous l’aurez compris, c’est dur. Il faut savoir que certains arrêteront la formation à cette période de l’année, ce n’est donc pas un moment anodin dans la formation du Certificat d’Etudes Politiques.

Mars : l’essoufflement. La fatigue est vraiment là. Après avoir réussi à passer le cap des fêtes de fin d’année avec les leçons et dissertations à rendre, on sent que la fin du diplôme doit être proche car on ne va pas pouvoir tenir encore longtemps sur ce rythme. C’est paradoxalement ce qui nous fait aussi tenir : on n’y est presque !

Mai/juin : on y est presque… et en même temps c’est le vide sur le forum qui relie étudiants (et professeurs) sur la plate-forme. C’est un peu une période où l’on se demande s’il reste des « survivants ». A titre d’exemple, au 1er juin nous attendions toujours les notes de mars et d’avril pour certaines matières.

Presque plus aucun échange n’est fait et c’est dommage. Au moins, on sait qu’on a passé le pire et qu’on ira jusqu’au bout du diplôme : les examens tant redoutés !

Les profs sont très occupés à préparer les « vrais » élèves de Sciences Po à leurs examens de fin d’année. Les étudiants de la formation tentent de tenir bon coûte que coûte d’autant plus que vers la fin mai et surtout en juin les professeurs donnent des tas de dissertations avec leurs corrigés, à titre d’exemple et d’exercices pour se préparer aux examens de juillet.

Ce qui est difficile c’est qu’officiellement deux semaines de révision sont prévues au calendrier de la formation du Certificat d’Etudes Polilitques, alors lorsque vous avez prévu de vous réserver ces deux précieuses semaines pour revoir des points que vous n’avez pas saisis dans l’année ou des leçons que vous n’avez pas eu le temps de lire faute de temps, l’impression d’être submergé de travail à faire avant l’examen se fait grande : « comment vais-je réussir à lire les dissertations corrigées et en même temps à réviser ? » C’est la question que vous vous posez à ce moment-là et ça peut vous décourager encore une fois. Ne tombez pas dans cet abysse malgré tout !

Juillet : ça y est, le jour J est arrivé ! En-fin ! C’est ce que tout le monde se dit. On est content d’être allé jusqu’au bout car c’était très très dur. Maintenant bien sûr, on voudrait la confirmation avec la réussite aux examens pour mériter ce Certificat d’Etudes Politiques.

L’ambiance est bonne, les échanges de l’année ont permis de nouer quelques amitiés, de révéler quelques affinités en terme d’opinions ou autres. Entre chaque devoir, l’ambiance se fait meilleure, le stress diminue un peu plus, tout le monde a envie de voir le bout du chemin, celui de la réussite… et de la décontraction aussi ! Lorsque le premier jour d’examen est passé, peut-être organiserez-vous un petit débriefing autour d’un verre, je vous le recommande car ça fait du bien à cet instant.

Le deuxième jour, on sent l’excitation dans l’air : cet après-midi tout est fini ! Il est encore possible de voir le nombre d’étudiants diminuer d’une ou deux personnes. Lorsque vous avez rendu votre dernière copie, que vous vous levez pour la rendre, signer la feuille d’émargement, vous vous sentez léger et heureux car c’est officiellement la fin ! Certes, il reste encore à attendre les résultats mais vous avez fait votre maximum (car vous n’aviez pas envie de gâcher tous vos efforts de l’année !) alors vous sentez que vous avez une petite chance de réussir ces examens, en tous cas vous le désirez très fort. Toutes ces heures à réfléchir creusent alors place à la petite réception, comme à la rentrée, prévue pour réunir tout le monde, professeurs et étudiants et revenir sur l’année écoulée.

Ainsi, il semblerait que l’année soit marquée par cycles trimestriels, en ce qui me concernait en tout cas.

Conseils pour réussir au Certificat d’Etudes Politiques : récapitulatif

Afin de vous faciliter la lecture, voici un récapitulatif de tous les conseils prodigués sur ce site :

  • Une culture générale de base plutôt dense ou prête à être acquise très vite pour combler le retard
  • Beaucoup lire, avant (si possible) et surtout pendant la formation
  • Ne pas hésiter à piocher dans la bibliographie proposée par les professeurs avant même le début de la formation
  • Opter pour la concision dans vos dissertations, aller à l’essentiel sans vous perdre dans des explications trop longues
  • Lisez bien la méthodologie proposée par chaque professeur pour appréhender au mieux les requis du devoir aussi bien sur le fond que la forme.
  • Pensez à créer des fiches résumant chaque leçon, elles vous aideront à mieux intégrer à leçon et vous serviront grandement lors des révisions pour préparer les examens de juillet
  • Possibilité pour ceux qui préfèrent lire un support papier plutôt que sur un écran d’ordinateur : faire imprimer ses leçons sous format d’un livre. Très pratique pour emmener avec vous lors de vos déplacements et réviser plus facilement en juin
  • Faites attention à votre moral, tout gérer est difficile. N’hésitez pas à faire part de vos doutes et baisses de motivation à l’équipe encadrante ainsi qu’aux autres élèves qui vivent peut-être la même chose que vous